Géopolitique, le débat – Élections américaines: J-3 et dernière ligne droite

Le président américain a mis à profit les derniers jours de campagne pour assurer au Parti Républicain une confortable assise à la Cour Suprême en faisant confirmer par le Sénat, en un temps record, la juge conservatrice Amy Coney Barrett pour succéder à la progressiste Ruth Bader Ginsbourg, disparue en septembre 2020.

La majorité conservatrice de la Cour Suprême des USA est ainsi passée à six juges contre trois. Un record pour cette juridiction qui joue un rôle essentiel dans la vie des citoyens américains. Mais une stratégie risquée au regard de l’évolution démographique des USA et de l’extrême polarisation du pays…

Invités : – Philip Golub, professeur de Relations internationales à l’Université Américaine de Paris- Pierre Melandri, historien et professeur des Universités. 

from Géopolitique, le débat https://ift.tt/3mH1EW1
via IFTTT

QAnon, la mouvance post trumpiste qui fait trembler l’Amérique



La théorie pro-Trump issue des forums internet fréquentés par l’extrême droite américaine a rapidement évolué en mouvance « attrape-tout », au point d’émerger comme une véritable force politique. Courtisée par le président américain et des membres du congrès, elle dispose désormais de ses propres élus et militants. Ce succès foudroyant risque de radicaliser davantage un Parti républicain déjà acquis au trumpisme, quel que soit le résultat de la présidentielle.


Le 4 décembre 2016, Edgar Maddison Welch quitte sa résidence de Caroline du Nord armé d’un fusil d’assaut et d’un pistolet semi-automatique. Le jeune homme de vingt-huit ans parcours six cents kilomètres pour se rendre au Comet Ping Pong, une pizzeria de Washington DC qu’il prend d’assaut en plein milieu de l’après-midi. Il s’ensuit une brève prise d’otage au cours de laquelle l’intrus tire plusieurs coups de feu pour terroriser le personnel, avant de se rendre à la police sans opposer de résistance. Il explique avoir fait le déplacement pour « enquêter » sur le restaurant et libérer les enfants qui seraient séquestrés dans sa cave. L’agresseur est convaincu de la véracité du Pizzagate, une théorie complotiste selon laquelle Hillary Clinton et son directeur de campagne John Podesta seraient à la tête d’un vaste réseau pédophile. La pizzeria servirait de quartier général. Après avoir découvert à ses dépens que l’établissement n’avait pas de cave et ne détenait pas d’enfants, Welch sera condamné à quatre ans de prison pour attaque à main armée. [1]

Ce fait divers a été repris par de nombreux médias pour alerter sur le danger des infox et théoriser le concept de bulles de filtres selon lequel les réseaux sociaux isoleraient les individus en leur proposant des contenus ciblés, au point de les placer dans des spirales poussant à la radicalisation. [2] En effet, le Pizzagate démarre sur le site 4chan, un forum de discussion prisé par l’extrême droite américaine. Elle repose sur un courriel de John Podesta publié par Wikileaks, où le directeur de la campagne d’Hillary Clinton correspond avec le propriétaire de la pizzeria pour l’inviter à une levée de fonds. Nous sommes en octobre 2016 à quelques semaines de la présidentielle. La théorie complotiste va rapidement se propager sur les réseaux sociaux, avant de pousser Welch à l’acte. Elle fait désormais partie intégrante d’un mouvement plus vaste connu sous le nom de QAnon.

QAnon : les origines d’une théorie complotiste attrape-tout

Un an après l’émergence du Pizzagate, un individu utilisant le pseudonyme « Q » poste un message sur le forum 4chan indiquant qu’il travaille pour l’administration Trump et détient des informations secrètes. Il promet l’arrestation d’Hillary Clinton d’ici la fin de l’année et explique que Donald Trump est engagé dans une lutte sans merci contre l’État profond. Bien que la prédiction s’avère fausse, « Q » continu de poster de nombreux messages codés, donnant naissance à la mouvance complotiste connue sous le terme de QAnon. Les adeptes, nommés « anons » pour anonymes, cherchent à décrypter les nombreux messages laissés par Q et argumentent entre eux quant aux implications de ses « révélations » qui englobent ou recoupent un nombre croissant de thèses complotistes déjà établies. Il semble ainsi difficile d’isoler une théorie centrale permettant de définir QAnon, mais le journaliste du Daily Beast Will Sommer, qui couvre ce phénomène depuis ses débuts, propose un résumé efficace. [3] Selon lui, « pratiquement tous les adeptes de QAnon défendent le fait que le monde est contrôlé depuis des décennies par une sinistre cabale dont les ramifications s’étendent jusqu’aux plus hauts échelons du Parti démocrate, à Hollywood, dans les grandes banques et l’État profond ». Cette cabale, qui inclut Barack Obama, Hillary Clinton, Tom Hanks et Oprah Winfrey torture et viole des enfants avant de les dévorer au cours de rites sataniques. L’armée américaine aurait recruté Donald Trump afin qu’il concoure à l’élection présidentielle et abatte cette secte. « Les adeptes de QAnon attendent ainsi le jour du “Storm” (la tempête) où Donald Trump arrêtera et fera exécuter — ou emprisonner à Guantánamo Bay — tous les dirigeants de la mystérieuse cabale. Les anons pensent donc avoir un rôle à jouer en préparant le grand public à cet évènement, une tâche qu’ils désignent par le terme “the great awakening” (le grand éveil). [4]

On retrouve ainsi deux piliers du mouvement qui explique son succès : la perte de confiance dans les institutions qui produit une croyance dans l’existence d’un groupe d’élite contrôlant le monde, et la peur de la pédophilie. Si la thèse centrale semble invraisemblable et même comique, de nombreuses autres théories complotistes s’y rattachent. Le Pizzagate, par exemple, ne serait qu’une manifestation de la cabale satanique. John Fitzgerald Kennedy aurait été assassiné par ce culte, après avoir tenté d’y mettre fin. Son fils John Kennedy junior, mort dans un crash d’avion, serait toujours vivant. Pour certains, Hillary Clinton serait déjà en prison et remplacée par un clone. Les attentats du 11 septembre ne seraient pas l’œuvre d’Al-Qaïda, mais de la mystérieuse cabale. Quant au RussiaGate et au coronavirus, il s’agirait de deux complots d’Obama pour faire tomber Donald Trump. Les stéréotypes et idées antisémites sont omniprésents, et le milliardaire Georges Soros au cœur de nombreux complots dénoncés par le mouvement. Ces idées périphériques qui s’ajoutent à la thèse centrale n’émanent pas nécessairement de “Q”, mais des nombreux adeptes qui proposent leurs propres interprétations de ses messages. Les plus prolifiques cumulent des millions de vues sur YouTube et des milliers d’abonnés sur les réseaux sociaux. Des documentaires amateurs affichant des centaines de milliers de vue et des livres figurant en tête des ventes d’Amazon dans la catégorie politique témoignent de l’ampleur du mouvement. [5]

De la théorie complotiste au mouvement politique

L’écrasante majorité des premiers adeptes de QAnon sont des électeurs de Donald Trump présentant comme caractéristiques communes le fait d’être des hommes blancs de plus de quarante ans, sans diplôme et habitant majoritairement les zones rurales. [6] Un des ressorts du succès de cette mouvance auprès de cette population viendrait de sa capacité à proposer une explication simple à des phénomènes complexes, et d’éviter à cet électorat une désillusion majeure face à la politique menée par Donald Trump depuis son entrée à la Maison-Blanche. En recrutant dans son administration la plus large concentration d’anciens cadres de Goldman Sachs, une batterie de lobbyistes et un échantillon de politiciens représentant le pire de ce que le fameux “marais” (« drain the swamp ! » a coutume de dire le président Trump) de Washington avait à offrir en termes de probité, ce dernier a rompu l’essence de sa campagne. [7] En refusant lui-même de se séparer de ses entreprises et en poursuivant la mise en place de baisses d’impôts massives pour les milliardaires tels que lui, Trump incarne tout ce qu’il avait dénoncé. [8] De même, sa politique étrangère va rapidement épouser celle du consensus de Washington, certes dans un style très différent, mais sans remettre en cause les structures de pouvoir. En acceptant que tous ces comportements diamétralement opposés à ses promesses de campagne s’expliquent par le projet secret de décapiter une cabale d’élites, les adeptes de QAnon évitent d’accepter qu’ils se soient fait berner par Donald Trump.

Deux événements bien réels vont apporter de l’eau au moulin de “Q”. D’abord, le scandale du RussiaGate, qui prend la forme d’une tentative de coup d’État judiciaire menée contre Donald Trump par les agences de renseignement, une partie de la haute administration et les cadres du Parti démocrate — avec la complicité des grands médias, va dans le sens d’une lutte entre le nouveau président et les élites. [9] Pour autant, ce filon va s’épuiser lorsque le procureur spécial Robert Mueller rend son rapport innocentant Trump. Selon Q, ce dernier œuvrait en secret avec Trump pour décapiter la cabale pédophile et allait déclencher la fameuse « tempête » au terme de son enquête. Après ce flop, QAnon semble sur le point de disparaître des radars. Mais un second scandale va le raviver : l’affaire Epstein.

Jeffrey Epstein était un financier multimillionnaire de New York, connu pour son goût pour les jeunes femmes et ses fastes soirées où le gratin du pays venait profiter de son hospitalité. Ses liens présumés avec de nombreuses personnalités de premier plan, dont Bill Clinton, Bill Gates, le prince Andrew et Donald Trump, indique qu’il avait un accès privilégié à certains cercles. Or, Epstein est condamné une première fois en 2008 pour viol sur adolescente et proxénétisme. Epstein, grâce à son argent et ses connexions, obtient une réduction de peine spectaculaire, et est libéré treize mois plus tard. Il sera rattrapé par les révélations du Miami Herald en 2019 et de nouveau arrêté pour trafic de mineurs et proxénétisme. Cette fois, l’affaire Epstein fait davantage de bruit, du fait des personnalités potentiellement impliquées. Or, Epstein meurt en prison dans des circonstances particulièrement troublantes quelques semaines après son incarcération. [10]

Le russiagate et l’affaire Epstein ont représenté des cadeaux pour QAnon

Le mouvement croît de manière organique à une vitesse d’autant plus rapide que ses membres estiment devoir convertir de nouveaux adhérents, afin de les préparer au storm. Mais c’est seulement avec l’arrivée du coronavirus et des confinements que la mouvance va prendre une ampleur décisive, au point que ses adeptes s’affichent dans les meetings de Donald Trump, lors de manifestations anti-masques, anti-confinement et dans la sphère médiatique et politique.

Le profil des militants QAnon va évoluer avec cette mutation. Toutes les couches sociales et origines sont désormais représentées. Le gros des renforts semble cependant constitué de jeunes femmes, souvent issu de milieux aisés, dont un nombre non négligeable de démocrates — voir d’électrices de Bernie Sanders. De nombreux influenceurs, youtubeurs ou stars du monde du spectacle reprennent certains des thèmes chers au mouvement, plus ou moins consciemment. Les réseaux sociaux Instagram, Tik Tok et les blogs de mode et de bien-être sont également atteints par du contenu pro QAnon. Le fait que le futur adepte soit invité à explorer le labyrinthe d’informations présentes sur Internet et de « descendre au fond du terrier à lapin » demeure un élément critique du processus de radicalisation. À la fois ludique, addictif et valorisant, ce cheminement permet de faire basculer les futurs anons d’autant plus vite qu’ils vont être accueillis les bras ouverts par une communauté qui partage leurs inquiétudes et conclusions. Au risque de se couper de leurs proches. [11]

La peur de la pédophilie, ressort important du recrutement de QAnon

Comme l’explique le journaliste Ryan Grim pour The Intercept, l’utilisation de la peur des pédophiles pour provoquer une réponse réactionnaire à un changement sociétal n’a rien de nouveau. En 1909, le magazine Woman’s World, diffusé à deux millions d’exemplaires aux États-Unis, sort un long dossier allégeant l’existence d’un trafic d’être humain à grande échelle visant les jeunes filles blanches, pour les réduire à l’état d’esclaves sexuels. Il sera rapidement suivi de « La guerre contre l’esclavage blanc », titre d’un ouvrage coécrit par plusieurs procureurs et membre du clergé de Chicago. Le livre alerte sur la prétendue existence d’un réseau pédophile sévissant autour des magasins de crème glacée. La panique qui s’ensuit prend racine dans les changements initiés dans les années 1880, lorsque l’invention de la machine à écrire permet à de nombreuses femmes de travailler et d’obtenir l’indépendance financière. Le fait que nombre d’entre elles se permettent de se promener seules dans la rue, de fréquenter les magasins de glace, voire de sortir avec des hommes noirs, n’était pas du goût de tout le monde. [12]

Une théorie complotiste n’a pas besoin d’être vraie pour produire des effets concrets. En 1910, le gouvernement fait voter le White slavery Act (loi contre l’esclavage blanc), qui interdit aux femmes blanches de traverser la frontière d’un État « pour des raisons immorales », en particulier si elles sont accompagnées d’un homme noir. Pour faire respecter ce qui sera ensuite appelé le Mann Act, des agents fédéraux sont recrutés par le président Ted Roosevelt, sans véritable contrôle. Ils donneront naissance au FBI, le Federal bureau of investigation. [13]

Les années 1970 sont de nouveau le théâtre d’un profond mouvement de libéralisation des femmes, entamé par les luttes féministes des années 60. La contre-révolution réactionnaire prendra, dans les années 80, la forme d’une large théorie complotiste imaginant des réseaux d’esclavages pédophiles et sataniques sévissant dans les crèches pour enfants. Une façon de culpabiliser les femmes qui continuent de travailler après avoir eu des enfants, au lieu de rester avec eux aux foyers.

La perspective de l’élection d’une femme à la Maison-Blanche, en la personne d’Hillary Clinton, permet de comprendre le regain de conspirationnisme impliquant de prétendus réseaux pédophiles. Du reste, cette instrumentalisation n’est pas le propre des États-Unis. Au Brésil, le candidat Jair Bolsonaro avait bénéficié d’une campagne de désinformation massive propulsée par l’application de messagerie Whatsapp (propriété de Facebook) et illégalement financée par des entreprises privées. Elle reposait, entre autres, sur de fausses informations destinées à alerter les Brésiliens que le Parti des travailleurs (PTB) cherchait à rendre les enfants homosexuels pour pouvoir les violer. Une rhétorique utilisée implicitement par Bolsonaro lui-même, et répandue par les Églises évangéliques soutenant le candidat d’extrême droite. [14]

Cette peur sert désormais de porte d’entrée principale à l’univers de QAnon, en particulier depuis l’arrivée du Covid-19. De nombreuses mères de famille sont restées confinées chez elles et ont disposé d’un gain de temps pour explorer les questions posées par la pandémie. Elles ont pu atterrir sur des forums de discussions et groupes Facebook où se recoupent les thèses conspirationnistes sur l’origine du coronavirus, le mouvement anti-vaccins et l’efficacité des masques. Néanmoins, l’initiation à QAnon passe d’abord par le bouche-à-oreille. De nombreuses personnes témoignent avoir été introduites au mouvement par leur mère ou des proches inquiets du danger représenté par la pédophilie. Des mouvements comme « Save the children » (Sauvez les enfants), a priori bienveillants, servent de cheval de Troie pour attirer de nouveaux adeptes. Une inquiétude pour ses propres enfants ou le soutien à une ONG luttant contre la pédophilie peut servir de porte d’entrée. À Los Angeles, une manifestation organisée par « Save the children » a permis la rencontre de personnes inquiètes par le trafic d’enfant dans le tiers monde avec des anons brandissant des pancartes « John Podesta boit du Sang ».

Le parti républicain sur le point d’être submergé ?

Le mouvement QAnon est récemment sorti de l’ombre pour s’imposer au grand public. Interrogé sur la question, Donald Trump a prétendu ne pas bien connaître le phénomène tout en décrivant les adeptes comme « des patriotes qui aiment notre pays » avant de préciser : « Si je peux aider à sauver le monde de ces problèmes, je suis prêt à le faire. Je suis prêt à m’y consacrer. Et je le fais, pour être franc ». Dans un autre entrevue, il refuse de condamner le mouvement, et ajoute “ils sont engagés contre la pédophilie et je trouve ça très bien”. Certains de ces proches, comme son ancien conseiller Steven Bannon et son avocat et ancien maire de New York Rudy Giuliani, vont beaucoup plus loin, accusant publiquement le fils de Joe Biden de faire partie de la cabale. [15]

Le Parti républicain navigue à vue, en tentant de tenir une ligne de crête. Mis en difficulté par la pandémie et l’impopularité chronique du président sortant, il semble promis à une défaite électorale. Ceci permet d’expliquer pourquoi certains élus cherchent implicitement à s’attirer les faveurs du mouvement, dont l’énergie débordante peut revêtir un certain attrait. 

Le sénateur du Texas Ted Cruz et le représentant au Congrès du comté de Parker dans le Colorado Ken Buck ont par exemple mené une bataille contre Netflix, accusée de propager de la pornographie pédophile à cause de la diffusion du film français Mignonnes. D’autres se contentent de clin d’œil au mouvement. Sans aller jusqu’à embrasser QAnon, les cadres du parti et figures proéminentes prennent soin de ne pas le dénoncer trop clairement et publiquement. Cette attitude peut s’expliquer par les sondages effectués sur le sujet, qui tendent à monter qu’une proportion non négligeable de l’électorat de Donald Trump croit une partie ou la totalité de la théorie. L’enquête publiée par l’institut YouGov le 22 octobre arrivait au chiffre surprenant de 15 % et 37 %, respectivement. Lorsqu’on leur demande s’ils pensent que les cadres du Parti démocrate sont impliqués dans un vaste trafic d’enfants, la moitié répondent par l’affirmative. Une autre enquête indique qu’un Américain sur deux aurait entendu parler de la théorie et 7 % jugerait qu’elle soit vraie. Ce chiffre est à prendre avec des pincettes, car en posant des questions plus précises, on se rend compte qu’un tiers des convaincus n’ont pas entendu parler d’un des aspects situés au cœur de la théorie ou estime qu’il soit faux. En corrigeant ce chiffre, on arrive tout de même de plusieurs millions d’adeptes potentiels, ce qui est cohérent avec les fréquentations des sites spécialisés. [16]  

Cette popularité se reflète au niveau des candidats aux élections locales de novembre. Plusieurs dizaines d’entre eux se revendiquent du mouvement. Il s’agit parfois de candidat indépendant risquant de diviser le vote conservateur, comme c’est le cas pour le 18e district de Floride. [17] Plus souvent, ils se présentent sous la bannière du Parti républicain, après avoir gagné une primaire. Une faible proportion d’entre eux devrait accéder aux responsabilités. En particulier, après avoir obtenu le soutien du Parti républicain de Géorgie, Majorie Taylor Green semble assurée de remporter sa législative et de se retrouver au Congrès en janvier prochain. [18]

« Les Américains ont une unique opportunité d’en finir avec cette cabale pédo-satanique »

Marjorie Taylor Green

À cela s’ajoutent les innombrables militants QAnon qui assistent aux meetings de campagne de Donald Trump et d’autres élus républicains en affichant clairement leurs convictions. Dans certaines banlieues aisées du Minnesota, les citadins sont assaillis de courrier pro-QAnon comportant des photos alarmistes imprimées sur papier glacé. [19] Ailleurs, le mouvement est si présent que les épiciers et commerçants locaux en entendent parler à travers les conversations de leurs clients. Compte tenu de l’ampleur récente du phénomène, les dirigeants républicains sont en droit de craindre une nouvelle insurrection interne similaire au Tea Party, mais dans une forme encore plus radicalisée et déstructurée. Si la menace est loin d’être clairement établie, embrasser le mouvement risque de marginaliser davantage le Grand Old Party (GOP). La mouvance a été qualifiée de “risque terroriste” par le FBI. De nombreux adeptes ont commis des actes de violence ou ont planifié des attaques terroristes. Certains sont sous mandat d’arrêt et mènent une existence de fugitifs, rendue possible par l’aide offerte par d’autres membres du mouvement. À tel point que Facebook et Twitter ont fermé de nombreux comptes, pages et groupe de discussion affilié à QAnon. [20] 

Si Trump remporte les élections, QAnon semble en mesure de prendre de l’ampleur, galvanisé par la victoire du républicain. Inversement, une défaite du président sortant devrait amener certains adeptes à la raison. Mais convaincus que des millions d’enfants sont entre les mains de pédosatanistes, réduits à l’état d’esclaves sexuels et voués à être dévorés vivant, une partie des anons pourraient basculer dans la violence. Si les élections semblent contestées, ils pourraient décider de s’occuper eux-mêmes du problème. Dans tous les cas, l’éventuel post-Trumpisme ne semble pas destiné à déboucher sur un retour à la raison.

  1. Lire https://www.vox.com/policy-and-politics/2016/12/5/13842258/pizzagate-comet-ping-pong-fake-news
  2. Lire https://www.theguardian.com/technology/2017/may/22/social-media-election-facebook-filter-bubbles
  3. https://www.thedailybeast.com/what-is-qanon-a-deep-look-inside-the-nutso-conspiracy-theory-infecting-our-politics
  4. Idem 3.
  5. https://theintercept.com/2020/08/28/is-qanon-the-future-of-the-republican-party/
  6. https://www.nytimes.com/2020/10/19/us/politics/qanon-trump-republicans.html
  7. https://ift.tt/3mE6MtT
  8. https://ift.tt/2TNe5mB
  9. https://lvsl.fr/trump-est-a-la-solde-de-la-russie-retour-sur-une-theorie-conspirationniste-a-la-vie-dure/
  10. https://www.vox.com/2018/12/3/18116351/jeffrey-epstein-case-indictment-arrested-trump-clinton
  11. https://theintercept.com/2020/09/23/qanon-conspiracy-theory-colorado/
  12. https://theintercept.com/2020/08/28/is-qanon-the-future-of-the-republican-party/
  13. Ibid 12
  14. https://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/10/25/infox-au-bresil-comment-les-fausses-informations-ont-inonde-whatsapp_5374637_4408996.html
  15. https://www.thedailybeast.com/trumpworld-wraps-up-the-campaign-by-going-full-qanon-conspiracy-theory
  16. https://www.wired.com/story/qanon-supporters-arent-quite-who-you-think-they-are/
  17. https://theintercept.com/2020/10/28/qanon-florida-republican-mast/
  18. https://theintercept.com/2020/09/12/georgia-district-14-qanon/
  19. https://ift.tt/3hZ6onb
  20. https://theintercept.com/2020/09/23/qanon-conspiracy-theory-colorado/

L’article QAnon, la mouvance post trumpiste qui fait trembler l’Amérique est apparu en premier sur Le Vent Se Lève.

from Le Vent Se Lève https://ift.tt/38bUoO7
via IFTTT

« La gestion libérale du Covid-19 est un parfait exemple de Fake State » – entretien avec Frédéric Farah



La gestion de la crise pandémique du Covid-19 rappelle une nouvelle fois que l’appareil d’État, depuis plus de quarante ans, a perdu sa vocation, à savoir organiser et défendre l’intérêt général et les services publics. Ceux qui sont au cœur de l’État ont fait en sorte de le priver de cette vocation. L’État est devenu un outil de gestion au service des intérêts particuliers. À l’occasion de la sortie de son livre Fake State, l’impuissance organisée de l’État en France, nous avons souhaité interroger Frédéric Farah sur les ressorts de cette défaite culturelle et sur les solutions à même de libérer l’État et la nation française de cette parenthèse. Entretien réalisé par Valentin Chevallier. Retranscrit par D. Meyniel, L. Plaza et S. Mounier.


LVSL – L’instauration de ce que vous appelez le « Fake State », ce phénomène qui est apparu au début des années 80, vous l’expliquez comment ? Est-ce purement lié à l’introduction de la pensée économique de l’école de Chicago ?

Frédéric Farah – Je pense qu’il y a dans une famille, d’inspiration libérale, un récit construit dont il faut expliquer la genèse. D’un point de vue économique, entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et le ralentissement des années 70, la France aurait progressivement rigidifié la vie économique et sociale avec toute une série de réglementations. Cette première idée est exprimée en 1960 dans le rapport Armand Rueff. Il propose un programme qui trouvera pour partie sa réalisation, ou sa promotion, à travers la commission Attali qui dénonce l’absence de concurrence, une rigidité sociale. Ces idées sont déjà là, avant Friedman, avant l’école de Chicago. On voit bien aussi dans les années 60 une sensibilisation, qui existait avant la guerre, à l’idée que l’État ne devrait pas être trop dépensier et qu’il faut se méfier du déficit. Cette pensée, un peu conservatrice, venait de l’idée, dominante du XIXe siècle jusqu’à la crise des années 30, que l’État doit gérer son budget en bon père de famille. Ensuite arrive le moment keynésien des années 30 et, après la Seconde Guerre mondiale, on laisse de côté cette idée du bon père de famille. Cependant, l’adhésion à la construction européenne dès les années 50 oblige l’État à couper dans certains budgets. C’est comme ça qu’il va, pour le financement de l’économie, favoriser la bancarisation de l’économie française en développant le secteur bancaire.

LVSL – Était-ce déjà une modification depuis un petit moment de la formation de nos élites ?

F.F. – Dans la nouvelle élite d’après-guerre, l’Inspection générale des finances (IGF) incarne une pensée assez conservatrice en matière économique et financière. On le voit bien à travers ce personnage qui déjà veut remettre un peu en cause ce dirigisme dès les années 60. C’est le jeune Valéry Giscard d’Estaing. Ce dernier est déjà l’incarnation, dès les années 66-67, de cette élite qui veut autre chose. Cela se manifeste dans le démantèlement progressif à partir des années 1960 de ce que l’on avait appelé le système du circuit du Trésor. L’État faisait en sorte de ne pas passer par les marchés financiers et de préférer toute une série de circuits administratifs pour faire en sorte, et c’est tous les travaux de Benjamin Lemoine, de montrer que l’État ne va pas être dépendant des marchés financiers, que l’État va avoir ses propres ressources pour éviter un raisonnement en termes d’aides publiques. On voit ainsi très bien que dès les années 60, l’idée qu’il faut remettre en cause ces circuits et revenir vers une logique plus marchandisée apparaît. Elle commence à se diffuser dans l’administration. Penser qu’il y avait une espèce de consensus keynésien dans les élites françaises d’après-guerre me paraît donc un peu imprudent à dire. Croire qu’il y a une espèce de keynésianisme comme en Grande-Bretagne qui se serait imposé de la même manière en France après la guerre, on ne peut pas le dire. Surtout que nous sommes dans l’après-guerre, à une époque que Pierre Rosanvallon a racontée dans son livre l’État en France, où l’État se fait modernisateur keynésien. Avec l’Insee créée en 1946, on crée le Plan, ainsi on se donne les outils pour agir mais sans forcément colorer ça. On fait du Keynes mais on ne le dit pas. Nous sommes dans un après-guerre où il faut repenser une élite discréditée du fait de la guerre, du fait de Vichy, etc.

LVSL – Ce changement s’opère également avec des idées venues de l’extérieur et qui infusent au sein de la société et de l’élite françaises ?

F.F. – Oui, arrive un autre temps qui vient des États-Unis où le keynésianisme commence à reculer dès 1963. La Nouvelle économie classique commence à se faire connaître et à être diffusée dans l’administration française, au début des années 70, pas avant. Puis, il y a aussi un événement politique très important : cette phase de 1968 à 1975 où la contestation sociale devient de plus en plus importante et inquiète toute une partie du patronat et des élites. C’est l’automne chaud en Italie en 1969, ce sont les grèves en 1968 en France, ce sont les contestations sociales en Allemagne, etc. On voit bien qu’il y a une inquiétude dans le patronat et les élites parce qu’après-guerre, on a vu de manière imparfaite l’arraisonnement du capitalisme par la démocratie, c’est à dire avec ce que Karl Polanyi a appelé un réencastrement. Il y a la volonté, d’après les travaux récents de Grégoire Chamayou, de contrôler sans passer forcément par la répression violente. Il ne s’agit pas simplement de séduire par ce que Luc Boltanski avait appelé la récupération de « la critique artiste ». Boltanski a dit : « Il y a deux types de critique au capitalisme, la critique sociale et la critique artiste », la seconde revendiquant plus d’autonomie, plus de reconnaissance individuelle… Il y a une autre façon de faire de la discipline : créer de la précarité. Cela signifie déstabiliser les conditions non seulement de travail mais du travail, c’est-à-dire du type de contrat. Ce rôle disciplinaire par rapport aux conditions salariales, c’est l’Europe, la Commission européenne qui va le jouer.

Pablo Porlan pour Le Vent Se Lève ©

LVSL : Quel rôle la gauche joue-t-elle dans le développement de ces idées ?

F.F. – À la fin des années 60, la deuxième gauche insiste beaucoup sur la dénonciation du tout politique. La décennie 70, qu’on a appelé la décennie antitotalitaire, a dénoncé ce qui se passait en URSS, etc. Au-delà de cette critique tout à fait fondée, il y a eu un manque légitime progressif de l’idée du tout est politique – et derrière de l’idée de l’État, de son action, de son volontarisme, etc. À cela s’ajoute un terreau anthropologique culturel qui favorise un certain libéralisme. C’est l’affirmation dans la société française après la Seconde Guerre mondiale d’une grande poussée d’individualisme. C’est la Sécurité sociale qui a permis cette affirmation de soi. En nous libérant de la nécessité – le malade est protégé, le vieux touche une retraite, etc. – la sécurité sociale a permis de se préoccuper de soi-même. Il y a donc une affirmation de l’individu, ce qui est un terreau très favorable pour le libéralisme. En effet, celui-ci met en avant le fait de libérer l’initiative individuelle, que l’individu ne soit pas parrainé par un État, etc. Comme vous avez au même moment la dénonciation du politique, du collectif, etc., le libéralisme ne va pas simplement trouver dans des idées économiques de quoi prospérer, il va trouver dans un nouveau terreau culturel de quoi être promu. Tout ce qu’on voit dans les années 80 est formidablement analysé par Alain Ehrenberg dans ses livres Le culte de la performance, La fatigue d’être soi  : l’idée de l’individu performant, fort, avec ce symbole de l’individualisme conquérant qu’a été Bernard Tapie, l’entrepreneur qui réussit, individuellement. En face, la figure de l’individualisme souffrant qui apparaît dans les années 90, c’est le SDF.

LVSL : Quel résultat produit de fait ces idées ?

F.F. – Tous ces éléments, se coagulant petit à petit, créent, par petites touches, un paysage qui va rendre possible la remise en cause d’un État qui serait jugé trop présent, trop puissant, omnipotent, inefficace. Ce sont toutes les critiques de Michel Crozier sur la bureaucratie, ce sont toutes ces choses-là qui irriguent alors. Ce ne sont pas des gens qui se réunissent le soir pour comploter. C’est un contexte, un imaginaire qui change sans concertation ni coordination. J’ai voulu montrer dans mon livre comment dès les années 70, dans des directions clefs du Trésor, de la prévision, etc., des individus arrivent progressivement avec un corpus d’idées et de réflexions dans la manière de conduire les finances publiques et l’économie. Ils sont déjà différents d’une génération qui, elle, a connu la guerre. Les hommes qui prennent en charge le Plan après la Seconde Guerre mondiale sont des gens qui ont connu la crise des années 30, la guerre, qui ont résisté. Certains ont même été torturés. Pour ces nouvelles générations qui prennent les commandes, la guerre ne devient progressivement plus qu’un artifice qui a sa place dans les livres. Ils étaient encore des bébés ou des jeunes enfants pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils ont peut-être connu des privations mais n’ont pas fait la guerre. Progressivement, le changement générationnel entraîne un éloignement du modèle bâti en 1945. Il y avait par exemple une sensibilité à l’égalité après la Seconde Guerre mondiale par la volonté d’en finir avec des idéologies racialistes fondées sur l’inégalité et qui voulaient la légitimer. Après-guerre, les élites rappellent qu’il n’y a pas de paix sans justice sociale et ils reviennent sur l’idée de l’égalité. Puis tout cela s’éloigne, et n’est plus qu’une affaire de livres ou de passé. Cela devient moins présent à l’esprit et le paysage change progressivement pour proposer autre chose.

LVSL – La construction européenne devient de fait un élément central chez les nouvelles élites ?

F.F. – N’oublions jamais qu’après la guerre, l’État social et la construction européenne sont les deux piliers chez les élites pour que les années 30 et les horreurs ne reviennent pas. La construction européenne a été pensée évidemment comme un rempart contre la crise des années 30 mais elle est aussi, dès le départ, bâtie avec une idéologie non redistributive, non keynésienne, non socialiste. N’oublions pas que le moteur principal de la construction européenne ce n’est pas la paix, c’est l’anticommunisme. La construction européenne a ainsi avancé parce que nous avions un ennemi : l’URSS. Dans son livre La mélancolie démocratique, publié en 1990, Pascal Bruckner écrivait : « L’URSS nous a fait le pire coup, elle nous a privés d’un ennemi ». N’oublions pas non plus que le marché unique, c’est l’enfant de la crise des euromissiles de la fin des années 70. Quand Mitterrand voit que nous nous éloignons du camp atlantique et que des pacifiques se trouvent chez les Allemands à l’Est, il dit à Jacques Delors, alors à la tête de la Commission européenne, qu’il faut trouver un nouveau projet, quelque chose qui rapproche. Il faut de fait articuler la crise des euromissiles et le discours de Bundestag de 1983 avec les propositions de Delors pour le marché unique. Il faut bien voir que dès le départ le ver est dans le fruit. Le compromis des années 50, qui voit le Traité de Rome établir en 1957 que les services publics sont à la fois un monopole d’État et une délégation de service public, éclate dans les années 90. Ensuite, arrivent les événements qui vont construire la légitimation de cette chose d’inspiration libérale. Il y a tout d’abord cette chose étrange qu’on a appelé la crise des années 70. La crise des années 30 a fini avec la Seconde Guerre mondiale mais quand finit celle des années 70 ? À l’époque, les gouvernements pensent que c’est un simple trou d’air et ils continuent à mener une politique à-peu-près identique qu’auparavant. Quand Giscard d’Estaing est élu, Jacques Chirac fait une relance économique de 1974 à 1976 puis il laisse la place à Raymond Barre qui, lui, applique la rigueur. Les libéraux se saisissent de cette crise pour essayer de montrer que le keynésianisme ne marche pas, que l’État est trop présent. C’est « l’occasion qui fait le larron ». Ainsi, le discours libéral se saisit de ces occasions pour dire que la mécanique keynésienne ne marche plus, que les interventions de l’État génèrent de l’inflation et de la dette. Raymond Barre, à son arrivée en 1976 explique qu’il faut en finir avec cette plaisanterie en menant une politique de la rigueur tout en libéralisant le marché. Il crée en 1979 le CDD. Raymond Barre est un élève d’Armand Rueff, ne l’oublions pas, c’est la même filiation intellectuelle. Qu’on ne s’y méprenne pas, je suis la dernière personne au monde qui puisse être complotiste. A contrario, ce qui m’intéresse c’est de faire des généalogies, des archéologies…

LVSL : Oui, vous faites une sorte de cartographie de fait à même de déjouer les théories complotistes dans votre livre.

F.F. –  C’est simplement par quoi on est éduqué, quels sont les idées qui nous habitent… Raymond Barre amène le CDD et c’est ça la force des choses : quand quelque chose s’inscrit dans le paysage on a l’impression qu’il toujours été là. Le CDD a quarante ans ni plus ni moins. Il ne faudrait pas parler du tournant de la rigueur dès 1983. Il faudrait dire qu’il y a eu une première inflexion, un premier tous de vis en 1976 et une deuxième qui arrive ensuite et où on veut renouer avec les vieilles doctrines du type : « Il faut être en équilibre… Il faut éviter un excès des dettes… ». Ces propos sont tenus vingt ans avant le traité de Maastricht. Au départ on dit qu’il faut soutenir la croissance. Ensuite, le G5 se réunit à Tokyo et dit qu’il faut maintenant combattre l’inflation. Combattre l’inflation ce n’est pas juste un jeu, une virgule : c’est agir sur le cœur de l’activité économique c’est à dire sur la répartition. Quand il y a un peu d’inflation, le pouvoir est entre les mains du débiteur. De fait quand vous payez un peu de dettes ça lisse votre crédit, donc quand il y a un peu d’inflation ça lisse le crédit. Et quand on combat l’inflation on transfère la richesse du débiteur vers le créancier. En suivant, dès les années 70, dans les administrations françaises, on voit déjà à l’œuvre ces pensées économiques dont je parlais, qui se diffusent. Mais à cette époque, Bercy n’a pas la puissance qu’il a aujourd’hui. Ce qui est intéressant avec la montée de cette espèce de libéralisme, c’est la montée des entités financières comme le Trésor, les directions financières européennes. Là sont les lieux de pouvoir. Puis un autre événement accélère la diffusion de ces idées, c’est la victoire de Thatcher sur les mineurs. C’est un facteur psychologique quand on connaît la puissance des mineurs anglais, le syndicalisme en Europe n’a pas encore commencé sa décennie noire, quand les effectifs s’effondrent vers la fin des années 80, quand les bastions historiques disparaissent. N’oublions pas que les trois grandes figures héroïques de l’ouvriérisme en France étaient le métallo, le cheminot et le mineur. Le mineur disparaît, le métallo progressivement aussi et le cheminot est mutilé. Une partie du haut-patronat se dit que c’est le moment de ce que j’appellerais la Reconquista. En 1983 le CNPF, l’ancêtre du MEDEF, dit « 83, l’année de la flexibilité ».

LVSL : Revenons-en aux socialistes. L’arrivée au pouvoir en 1981 de Mitterrand aurait dû stopper cette inflexion libérale dont vous faites mention.

F.F. – Au cours de cette décennie 1970, la dénonciation de l’État, de son omniprésence, se développe avec cette deuxième gauche qui a toujours reproché à la première d’être jacobine, avec cette gauche autogestionnaire qui progressivement se grippe au fil du temps. L’époque est davantage à l’émancipation, à l’affirmation individuelle, à la contestation de l’État, à la remise en cause du dirigisme. L’idée d’un État qui intervient, ça respire la Quatrième République, ça sent la vieillerie… On a fait un mauvais procès à la Quatrième République mais tout de même, elle a amorcé la construction européenne, elle a réalisé la reconstruction. Après, elle s’est engluée dans deux guerres coloniales mais cette IVe République est la « mal-aimée » comme disait Georgette Elgey. Pourtant son bilan économique et social n’est pas mauvais. Lorsque les socialistes arrivent en 1981, ils sont issus d’un parti (NDLR : le Parti socialiste) qui n’a jamais été ouvriériste, parti qui n’a jamais été un parti de masse. C’est un parti qui était composé des nouvelles classes moyennes issues des Trente glorieuses : les profs, les infirmiers-infirmières, les catégories B de la fonction publique, une partie des catégories A. Le PS n’a jamais été un parti de masse ouvrière. En plus, son fond marxisant était plus du décor que réel. Il y en a certains au PS toutefois qui connaissaient Marx comme Jean-Pierre Chevènement. Le PS a permis à Mitterrand de gagner à Épinay et ce dernier était heureux au congrès de Metz de 1979 de battre Michel Rocard. Mais hormis ce fait, qu’a-t-il pesé ?

Quand les socialistes arrivent au pouvoir, ils arrivent à l’intérieur du pouvoir. Les élites du Parti socialiste avaient déjà fait la bascule vers autre chose comme une partie de l’administration financière avait déjà fait la bascule quelques années auparavant. Et il y avait la façade de Mitterrand dont les mots qui le caractérisent le mieux sont trouble, ambiguïté, conviction mal établie, fuyant… Mitterrand c’est le clair-obscur permanent, il fait du bien parce qu’il est romanesque. Dans les starting-blocks de 1981, il y a déjà une option qui sent le passé, mais qui ne le sait pas, c’est l’option Chevènement qui, pour faire vite, incarne le dirigisme à la française, la planification, la politique industrielle, l’État qui doit utiliser tous ses outils, dont la dévaluation du franc. Le signe que ce camp avait déjà perdu, c’est qu’au moment-même où ils rentrent à l’Élysée, ils devaient dévaluer le franc mais ils ne le font pas alors que c’était à ce moment-là qu’il fallait le faire. Il y avait la deuxième ligne, rocardo-delorienne, qui, elle, voulait liquider ce fond marxisant, dirigiste et qui va se saisir de l’Europe et de ses directions libérales pour s’y engouffrer et proposer sa ligne. C’est celle-ci qui va l’emporter mais au départ on croit naïvement que c’est la première qui va gagner. Pourquoi ? Il faut toujours se décentrer : j’ai lu beaucoup de travaux de Barba et de Pivetti, des italiens non traduits en français, dont Scomparsa della sinistra, c’est à dire la disparition de la gauche en Europe. Cela m’a frappé moi-même quand j’ai lu Barba qui disait : « Est-ce que nous sommes à l’époque de la mondialisation au début des années 80 ? ». La réponse est non. Et pourtant la banque centrale est encore à nos ordres, on dispose du franc, on contrôle encore les prix, on nationalise une partie de notre économie, on détient la majorité du secteur bancaire, etc. Et cela se finit en pantalonnade en 1983…

Les capitaux ne s’enfuient pas à la vitesse de la lumière comme aujourd’hui. Maastricht n’existe pas encore. La désinflation compétitive en 1983 est une fabrication de la haute administration française. Il n’y a même pas une coloration, une revendication théorique à Friedman, rien de tel. C’est l’administration qui invente cela. C’est l’État qui lance un programme de privatisation, ce n’est pas le marché. On a créé un complexe où tous ces éléments vont être favorables à la bascule. Ensuite il y a eu le prétexte de la contrainte extérieure, tant mise en avant dans les années 80 et qui porte le nom aujourd’hui de mondialisation. C’est l’instrument de la discipline parce que cela va modérer les revendications salariales et la désinflation compétitive. Cela va raboter le pouvoir de négociation des salariés. Le chômage va servir de chantage pour la modération salariale. Cela ne veut pas dire pour autant que l’État ne peut pas être l’État providence ou que l’État providence disparaît. Au contraire, il doit anesthésier les effets palpables donc il serait fou de se retirer. Mais lorsque vous observez que l’imposition de la dernière tranche des revenus est autrement plus élevée, autour de 56/60 au début des années 80, contre environ 40 aujourd’hui, vous comprenez que le problème n’est pas l’explosion de la dépense publique. C’est l’effondrement des recettes. À partir de la fin de la décennie 1990, la dépense publique est de plus en plus contenue.

Ce n’est pas que le PS ne résiste pas, de l’intérieur il est déjà acquis à autre chose. Qui favorise la libéralisation des capitaux ? Les socialistes… Après, il était nécessaire de légitimer un discours parfois théorique scientifique en mobilisant la science économique, en mobilisant toute une presse mainstream pour dire que les socialistes ont enfin grandi, qu’ils se sont rendus au réalisme. C’est ce que Rocard commentait en disant « on a enfin une culture du gouvernement ». Il s’agissait de mettre dans tous les manuels d’économie de générations entières d’étudiants que le mal dans le monde c’est la relance Mauroy 81/82. Le truc qu’il ne fallait pas faire, c’est l’archaïsme socialiste, c’est le vieux keynésianisme. Pourtant, au vu de la situation de l’époque, la relance est une bonne réponse mais les partenaires ont joué non-coopératifs car ils faisaient de la rigueur à côté. Cela a légitimé l’idée que la nationalisation, le contrôle des capitaux, le contrôle des prix, tous ces éléments étaient des vieilleries avec lesquelles il fallait en finir. Donc en fait tous ces éléments ont créé, sans aucune coordination ou concertation, un climat, un contexte, un espace favorable à la promotion d’idées d’inspiration libérale, qui regardent la nation comme une entreprise. Ce moment de la modernisation est consacré par les nouvelles élites incarnées cette fois-ci non plus par Valéry Giscard d’Estaing qui était déjà quarantenaire, bientôt cinquantenaire, mais par le jeune Laurent Fabius.

Ainsi, en rappelant que cela se fait sans coordination ni concertation, la dénonciation du politique, le nouveau terreau culturel, tout cela favorise l’affirmation de quelque chose qui va prendre sa force dans ce qu’on va appeler les années 1980, les années fric, où les socialistes sont appelés le « gang des R25 ». Ensuite on a essayé de raconter une belle histoire, quand les privatisations sont arrivées. On a mobilisé Catherine Deneuve pour qu’elle nous fasse des jolis slogans avec de la pub pour Suez. Il fallait rendre ça glamour et dire que c’était ça la modernité. On ne se rendait pas compte alors qu’on payerait le prix, quarante ans après, de la désindustrialisation, de ces influences politiques pour avoir une série de sortes de crises en tant que telles… Ainsi ce sont tous ces éléments qui rendent possible l’affirmation de nouvelles élites, le changement culturel, toutes ces choses-là qui vont rendre possible une autre orientation. Je pense qu’observer les choses par le seul prisme économique fait manquer plusieurs paramètres. Il faut mobiliser plusieurs choses pour voir ce qu’implique ce nouveau paradigme.

LVSL : Concernant l’introduction des règles de la concurrence, la destruction de l’article 9 du Préambule de 1946, l’École de la régulation avec la privatisation progressive d’entreprises d’utilité publique, etc. Quel rôle a eu l’Union Européenne par rapport à ce travail déjà fait en interne ? On laisse souvent entendre que tous les maux viennent de l’Union mais comme vous le dites bien les élites néolibérales de l’État ont déjà fait tout un travail au préalable. Est-ce qu’il y a une possibilité d’inversement de tendance ou par résignation le cadre établi empêche toute forme d’alternative ?

F.F. – L’Union européenne est à l’image de ce qui se passe dans les années 1980. Sa tendance originelle non keynésienne et non redistributive s’approfondit dans les années 1980, du fait de l’effondrement du contre-modèle soviétique et parce que les États ont accepté que l’Union européenne prenne cette forme. Les États ont voulu le marché unique. Maastricht a été signé et ratifié. Nous avons créé un cadre qui a figé de manière durable un rapport de force favorable au capital contre le travail. Conséquence de ces décisions, les Européens n’arrivent plus à se penser comme des partenaires mais comme des concurrents. Il y a une compétition qui est pire entre Européens qu’entre les Européens et le reste du monde.

Deuxièmement, la cécité de la gauche sur l’euro m’exaspère. L’euro est une arme de destruction massive des droits des salariés. Il ne doit jamais être détaché des traités qui l’accompagnent comme le Pacte de stabilité de croissance. Ces traités impliquent des réformes structurelles du droit du travail et de la protection sociale, c’est-à-dire des réformes des dépenses publiques – qui sont essentiellement des dépenses sociales. Alors que ces dépenses publiques et sociales sont les moyens de ceux qui n’ont rien, l’euro – par son obsession de la stabilité des prix et de la libre circulation des capitaux – s’assure de toujours donner un coup d’avance au capital sur le travail. Cette monnaie n’a pas vocation à stimuler l’emploi ou à protéger les droits des travailleurs. En Italie et en Grèce, les réformes qui ont accompagné la mise en place de l’euro concernent les retraites, la protection sociale, les droits sociaux… En outre, nous avons créé une monnaie privée, alors que la monnaie est un bien social, un bien politique en tant que tel. Que la gauche ait pu penser que l’euro n’était qu’un vulgaire instrument qu’on pouvait mettre au service d’un projet social est gravissime.

Même si les dépenses publiques et sociales restent importantes, la mutation de l’orientation des politiques de protection sociale est vraiment problématique. Nous avons vu les conséquences des projets de privatisation de La Poste et de France Télécom, et de la gestion de l’hôpital public comme d’une entreprise. Dans le cadre actuel – avec ces règles européennes, cette banque centrale européenne et ces réformes structurelles comme réduction du périmètre de la protection sociale – il est difficile d’imaginer comment faire des politiques économiques différentes. La consolation est de dire : « Le social est suffisamment fort pour amortir » et que l’on va faire de la formation. La formation est toujours présentée à la solution à tout, dans un cadre ultra contraint, alors qu’en réalité, elle ne règle les problèmes qu’à la marge.

On se retrouve avec la même situation pour le plan de relance Castex de 100 milliards d’euros. Vous ne pouvez pas envisager un plan de plus en plus fort car l’outil monétaire pour créer la monnaie qui va avec n’existe pas. Même Bruno Le Maire a avoué le Fake State ! Il dit : « Si je vais voir les emprunteurs, les financiers et que je leur dis que je ne les rembourse pas, ils ne voudront jamais me prêter ». Dans l’actuel cadre européen, si l’on ne change pas, on ne peut pas faire autre chose que ce qu’ont fait Hollande et Sarkozy, c’est à dire des exonérations de cotisations sociales, fiscalisation de la protection sociale et ainsi de suite… On nourrit l’impuissance.

Pablo Porlan pour Le Vent Se Lève ©

LVSL – Il y a un point souvent peu abordé concernant le démantèlement de l’État. Les étapes de la décentralisation en France suivent la logique des étapes européennes en matière de décentralisation, soit d’un renforcement des collectivités territoriales. On parle aujourd’hui de différenciation avec le projet de loi 3D. Selon vous, et en rapport avec ce que vous disiez sur les services publics et l’intérêt général, est-ce que ce semblant de proximité des territoires (sic) avec les citoyens peut renforcer/accélérer la destruction de l’État au profit de logiques concurrentielles dans les territoires ou est-ce une fausse piste ?

F.F. – De mon avis, la construction européenne d’après-guerre s’est fondée sur une erreur, qui a été l’antinationisme, c’est-à-dire l’idée selon laquelle la Nation est égale à la guerre. Elle a cru que l’hitlérisme était un nationalisme alors que l’hitlérisme était un racialisme. Bien sûr que la nation peut conduire au nationalisme, mais au nom de la Nation on peut défendre une forme de patriotisme. La construction européenne s’est plutôt tournée vers le régionalisme, vers « les Grandes Régions ». Une manière de subvertir les nations assimilées à la guerre a été d’imaginer progressivement la possibilité de regroupements régionaux. Ces dernières années, des fusions et des regroupements de communes ont été présentées comme étant « la modernité ». Or, à l’époque où il existait 36 600 communes – ce qui n’est plus le cas – la plupart étaient de petite taille, il y avait une proximité réelle entre le maire et les habitants. Le maire était un inconnu sans étiquette politique. On pouvait lui parler. C’était un médecin, un instituteur, ce n’était pas un professionnel de la politique. Or, en fusionnant, on s’est éloignés les uns des autres au nom d’une certaine « modernité » et de la « proximité ».

D’autre part, comme s’est développé une idéologie concurrentielle de plus en plus forte, cela a modifié la nature de la première et de la deuxième DATAR. La première est celle habitée par l’ouvrage de Gravier Paris et le désert français. L’obsession à l’époque est l’égalité entre les territoires, réduire les écarts entre les régions, avec l’élément clef de la République : le département providence. N’oublions pas que la fonction première du train est l’aménagement du territoire, avec le plan de 1879 qui était de mettre dans chaque préfecture une gare. C’est l’esprit de la première DATAR. La deuxième DATAR dans les années 1990-2000 est tiraillée entre la logique d’attractivité et la logique d’égalité. Or comment maintenir l’égalité quand il faut favoriser le concurrentiel, être attractif et attirer des investissements ?

Aujourd’hui, et c’était déjà à l’œuvre en 1982, avec le délitement et la désertion des services publics de l’État, on recrée un niveau régional/local. Derrière cette décentralisation se cache un risque de mettre fin au keynésianisme territorial entre les différentes régions. Cette logique de plus en plus concurrentielle aboutira à des régions dynamiques tandis que d’autres se retrouveront à la traîne, avec des services publics et des moyens de l’État qui vont se déliter progressivement.

Je crois que c’est aussi une source d’inquiétude au moment même où la Nation civique et républicaine française traverse une période de troubles considérable. Même si elle n’a jamais été idéale, les principes qui l’ont guidée – une Nation ouverte, contractuelle, qui a le souci d’égalité, et qui ne reconnaît qu’une seule communauté, la communauté nationale au travers du lien politique – sont en plein affaissement.

Cela fait ressortir toutes sortes de revendications féodalistes. Je ne ferai pas de parallèles imprudents mais je viens du Liban. Bien sûr que les histoires sont différentes et ne se comparent pas, mais dans ce pays l’on n’a jamais réussi à former une conscience nationale. C’est un pouvoir de partis, de milices, qui distribuent des services contre la vie politique, sociale de ce pays. Aujourd’hui les citoyens appellent à un véritable État impartial, soucieux de l’intérêt général, qui ne soit pas un État confessionnel se mettant au service d’intérêts privés. Cette histoire libanaise est très différente, mais elle doit rester dans notre esprit pour nous dire de faire attention à la disparition de l’élite soucieuse de l’intérêt général et à la féodalisation. Il faut bien le garder à l’esprit.

LVSL – Il semble que malgré tout, après la crise de 2008, il y a eu dans les consciences une forme de victoire du vocabulaire propre au « Fake state » sur la dette, les rigueurs, les réformes structurelles et à ce qu’il véhicule chez bon nombre de concitoyens. Vous dites rapidement que parmi les solutions il faut recréer une forme d’hégémonie, regagner une influence culturelle et politique, mais plus concrètement comment cela se diffuse ? Est-ce qu’il faut faire comme dans les années 1960/1970 soit recréer des éléments permettant de mettre fin à cette parenthèse ?

F.F. – C’est une source d’inquiétude énorme. Il y a de la contestation, les gens sont préoccupés, mais comment faire coaguler tout cela ? Comment faire en sorte que ces préoccupations se rejoignent pour clôturer ce cycle d’inspiration libérale ? La vraie victoire doit être intellectuelle et culturelle, c’est-à-dire essayer à la fois de former les gens autrement, et en même temps développer d’autres récits que ceux que l’on entend depuis 40 ans. Comment faire pour que tout cela opère comme d’autres idées ont opéré dans les années 1960/1970 ? J’avoue être très inquiet car nous vivons dans une époque où il y a d’autres tentations qui compliquent cela.

Ce que j’aime dans le travail du Vent Se Lève c’est qu’il y a un mouvement de sérieux intellectuel, de réflexion, de construction, de prendre les choses à bras le corps. Mais je vois parfois s’affirmer dans l’espace public, et cela m’inquiète, des courants apocalyptiques qui attendent l’effondrement et qui reçoivent de plus en plus d’audience. Il y a des versions mal pensées de la décroissance, de l’écologie qui prennent de plus en plus de place dans le monde médiatique.

Une voie construite et raisonnable ne pourrait-elle pas exister ? Comment trouver les voies du changement ? Cela fait depuis 2008 et la crise sanitaire renforce cet état d’esprit, que nous ne voulons plus de ce moment libéral. Plus on avance, même vers le mur libéral dans lequel on vit, plus j’ai peur qu’il n’y ait pas des hommes et des femmes qui aient les outils et la réflexion nécessaires pour faire ce à quoi j’appelle de mes vœux : repenser l’État, la formation dans les grandes écoles, resocialiser l’économie, limiter la circulation des capitaux, etc. On ne pense même plus à réfléchir à la nationalisation… Je suis inquiet de la disparation d’un cadre commun de pensée. Je ne dis pas qu’il faut restaurer le passé, mais on a tellement intégré le monde dans lequel on vit que je ne vois pas comment sortir de l’hégémonie actuelle. Quarante ans c’est très court dans l’histoire de l’humanité, mais à hauteur d’homme ou de femme, c’est énorme.

On a créé Sciences Po en 1871 après la guerre contre la Prusse. On a créé l’ENA au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. S’il n’y a pas une réforme de ce genre, nous n’y arriverons pas. Quand je vois la réforme de l’université, les réformes Blanquer à l’école, je suis très inquiet parce que ce sont des machines à tuer les imaginaires, à tuer la réflexion et au contraire à perpétuer le même système. Je ne sais pas si ceux qui sont aujourd’hui lycéens et jeunes étudiants auront les cadres intellectuels à penser. Ce livre est justement le témoignage de ma propre impuissance dans un ouvrage qui dénonce l’impuissance. Je reste attaché à l’humanisme.

LVSL – Enfin, est-ce volontaire et est-ce qu’il y a une logique derrière votre du « Fake State » qui est un anglicisme ? L’emploi du « Fake State » est à dessein ou cela sonnait-il juste bien ?

F.F. – J’ai choisi ce terme parce qu’il sonnait bien avec les expressions actuelles de « fake news », et parce que j’ai voulu aussi subvertir à la fois par la dérision, et en même temps en construisant un concept, cette langue néomanagériale qui nous habite. J’ai voulu subvertir cette langue insupportable. J’ai ramené l’État-Nation à l’image de ce qu’il est aujourd’hui, un truc bidon. Et comme aujourd’hui on pense qu’on lui donne de la qualité en le mettant en anglais je me suis dit que j’allais dénoncer cet État. C’est un État fake, et cela leur va bien à ces gens-là. Au-delà même du « ça sonne bien », choisir le nom de Fake State était une manière d’exprimer mon dégoût. L’État comme il fonctionne actuellement me dégoûte.

Fake State, de Frédéric Farah, aux éditions H&O, 2020 – 17€

L’article « La gestion libérale du Covid-19 est un parfait exemple de Fake State » – entretien avec Frédéric Farah est apparu en premier sur Le Vent Se Lève.

from Le Vent Se Lève https://ift.tt/2HR8c5q
via IFTTT

La « classe de loisir » de Veblen pour comprendre les crises écologiques modernes



Thorstein Veblen (1857–1929) était un économiste et sociologue américain. Dans son œuvre majeure, Théorie de la classe de loisir (1899), il analyse le capitalisme non pas par le prisme de la production, comme a pu le faire Marx, mais par celui de la consommation. Si son œuvre reste encore très peu lue aujourd’hui, les textes de Veblen permettent d’appréhender les dérives de notre système financier, notamment la destruction systématique de notre environnement.  


Thorstein Veblen est issu d’une famille d’origine norvégienne qui a migré aux États-Unis une dizaine d’années avant sa naissance. Il naît en 1857 dans le Wisconsin, juste avant la guerre de sécession. Il ne pourra s’échapper de ce grand foyer de 12 enfants que pour suivre ses études, qui le mèneront au doctorat. Veblen enseigne aux écoles de Chicago, Stanford et New-York, même si ses idées anticonformistes feront de lui un professeur marginal. Dans son premier ouvrage Théorie de la classe de loisir, Veblen propose une critique de ce qu’il appelle « l’économie néoclassique » car il pense, contrairement à cette pensée, que le marché n’est pas une entité isolée de la société et de ses citoyens. Son parcours universitaire l’amène à observer les sociétés bourgeoises du début du XXème siècle et à constater leur propension à se répandre dans des dépenses inutiles et ostentatoires. Il meurt en 1929 après avoir assisté au décollage de l’économie américaine et à la multiplication des spéculations inhérentes au capitalisme financier.

La classe dominante cherche à se démarquer des autres

Veblen analyse et détaille dès son premier livre les mœurs et habitudes de la classe dominante, qu’il nomme « classe de loisir ». Les membres de cette classe sont aisés et à l’abri des besoins matériels primaires. Ils sont pourtant mus par une constante recherche d’honneurs à travers des actes socialement valorisés afin de se distinguer des autres classes. Pour l’auteur, « ce concept de dignité, de valeur, d’honneur, appliqué aux personnes ou à la conduite est d’une grande conséquence pour l’évolution des classes et des distinctions de classes ». La classe de loisir cherche constamment à montrer qu’elle peut utiliser son temps pour réaliser un travail non-productif et non vital par le prisme des loisirs. Le terme loisir est ici à comprendre comme « l’ensemble des pratiques différenciées de mise en valeur des richesses accumulées qui s’incarnent dans des modèles culturels de dépenses » (Lafortune, 2004).

La classe de loisir va également chercher à exhiber sa capacité à dépenser son argent sans compter, par de la consommation ostentatoire. L’émergence de cette classe est selon Veblen à mettre en parallèle avec celle de la propriété individuelle, qui permet la distinction entre plusieurs groupes sociaux. Le théoricien évoque les mariages forcés et va même jusqu’à désigner les femmes comme le premier bien approprié par les hommes. Avec l’avènement de la société industrielle, la propriété privée devient un critère de distinction majeur qu’il convient d’accumuler indéfiniment. La recherche d’honneurs et de distinctions est la réelle motivation derrière cette épargne grotesque, et la classe de loisir cherche à tout prix à empêcher une quelconque entrave à cette rétention monétaire. Analyser le capitalisme moderne au prisme de la théorie de Veblen permet ainsi de pointer du doigt les nombreuses contradictions inhérentes à notre système économique.

Notre modèle polluant est promu par la classe de loisir

L’héritage de Veblen est premièrement utile pour comprendre et critiquer la responsabilité du capitalisme dans la destruction de notre environnement. Notre système pourrait sans grande difficulté subvenir aux besoins vitaux de la population, sous la mince réserve de faire précisément l’inverse des politiques menées depuis la révolution industrielle. Mais, comme le fait remarquer le théoricien, la classe de loisir ne cherche pas seulement à palier ses besoins primaires mais à se répandre dans des dépenses ostentatoires. Ces achats coûteux et bien souvent inutiles sont assimilés à un capital honorifique qui permet aux membres de cette classe de se démarquer des autres. Seulement, nous oublions trop souvent d’associer la production de ces marchandises et de ces services à la destruction de notre écosystème. La classe de loisir pousse à la production de biens honorifiques qui ne sont pas primordiaux pour sa survie. Difficile ici de ne pas prendre pour exemple le développement massif du tourisme. La classe dominante valorise ainsi fortement l’utilisation régulière de l’avion afin de voyager à l’autre bout du monde. Ces excursions servent de marqueurs sociaux et permettent aux classes les plus aisées de montrer qu’elles sont capables de dépenser, voire d’accumuler des voyages aux destinations socialement valorisées.

Il convient cependant de déconstruire le modèle touristique vendu par les classes dominantes. Ces voyages réguliers ont premièrement un fort impact sur notre environnement. Outre l’évidente consommation énergétique de l’aviation, le développement des infrastructures touristiques cause d’énormes problèmes environnementaux : pollution des sols et des océans, bétonisation massive… Le développement du tourisme profite par ailleurs très peu aux populations locales. Le secteur touristique est en effet contrôlé par un nombre restreint de multinationales. La conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement estime ainsi que 80 % des recettes du tourisme générées dans les Caraïbes retournent vers les pays où sont localisés ces multinationales. Le chiffre monte à 85 % pour « les pays les moins avancés » d’Afrique. Il faut en outre remarquer que, ce que beaucoup appellent la « démocratisation du tourisme », est un leurre. Les cadres supérieurs et autres professions libérales ont en effet une large capacité financière à voyager, tandis que les classes populaires sont souvent limitées dans leurs choix. Deux tiers des français, majoritairement issus des classes populaires, ont ainsi été contraints de renoncer à partir en vacances d’été pour des raisons financières durant les cinq dernières années. Le modèle touristique de la classe de loisir ne semble alors pas seulement être nocif pour l’environnement, mais apparaît également comme source de frustration pour la majorité de la population qui ne peut en profiter.

La classe de loisir, par l’imaginaire consumériste qu’elle véhicule, entraîne également un effet d’imitation en cascade avec les classes « inférieures ». « Toute classe, explique Veblen, est mue par l’envie de rivaliser avec la classe qui lui est immédiatement supérieure dans l’échelle sociale, alors qu’elle ne songe guère à se comparer à ses inférieures, ni à celles qui la surpassent de très loin ». Ainsi, le modèle d’accumulation et de consommation de la classe dominante a un effet majeur sur la perception et les habitudes des classes moyennes et inférieures. La classe de loisir fixe et décide de notre modèle de consommation, si bien que « les usages, les gestes et opinions de la classe riche et oisive prennent le caractère d’un code établi ». Il est ainsi facile de comprendre la difficulté de promouvoir des technologies low-tech en opposition au high-tech. Ces technologies, volontairement moins performantes mais répondant à des besoins concrets et utiles n’intègrent pas ou peu de capital honorifique. La possession d’un outil low-tech n’est ainsi pas publicisée car elle est contraire au modèle consumériste promu par la classe de loisir.

Dans son livre Comment les riches détruisent la planète, Hervé Kempf montre que ce modèle d’imitation veblenien s’applique aux États. Les pays que l’on qualifie « du Sud » tentent de rattraper les pays riches, souvent au prix de la destruction de réseaux de solidarité ou de la planète. Cependant, qui doit-on blâmer ? Devons-nous nous alarmer de la situation dans les pays « du Sud », qui bien souvent subissent la pollution liée à la délocalisation de la production des pays « du Nord » ? Ou devons-nous directement remettre en cause notre système de production propagé par les pays les plus riches ? La première option est non seulement injuste, les pays riches ayant eux-mêmes utilisé pendant des décennies des énergies fossiles pour se développer et continuant de le faire, mais également contreproductive.

En effet, tant que les pays du Nord, sorte de classe de loisir mondiale, continueront de promouvoir la productivité à outrance et le consumérisme de masse – les deux étant intimement liés -, toute tentative visant à réduire l’impact humain sur l’écosystème sera vaine. Il faut donc attaquer frontalement la manière de consommer des classes dominantes et le système économique des pays riches pour permettre une réelle démarche écologique. Cette tâche sera ardue car, comme l’a remarqué Veblen, la classe de loisir est réputée conservatrice : tout changement structurel reviendrait à réduire voire anéantir ses avantages. Ainsi, « grâce à sa position d’avatar du bon genre, la classe fortunée en arrive à retarder l’évolution sociale ; elle le doit à un ascendant tout à fait disproportionné à sa puissance numérique ». De par sa posture dominante dans nombre d’institutions – économiques, médiatiques, politiques… – la classe de loisir marginalise toute critique de son modèle. Il n’y a qu’à regarder les propos de Macron contre les anti-5G, accusés de vouloir revenir aux temps anciens ou à « la lampe à huile ». Puisque la classe dominante rejette tout changement, voue aux gémonies toute critique constructive de notre système, il semble primordial de mener une « guerre de position » pour renverser le modèle économique vendu par cette dernière. Ce terme gramsciste décrit la remise en cause du pouvoir d’attraction culturelle de la classe bourgeoise sur les classes dominées. Un bloc populaire et écologiste ne pourra prendre le pouvoir que lorsque le modèle de société qu’il promouvra deviendra hégémonique. Il convient de ne pas sous-estimer la toute puissance de l’hégémonie du bloc bourgeois, sans quoi la classe de loisir moderne ne pourra jamais véritablement être renversée.

De l’impossibilité d’avoir une société inégale heureuse

Les textes de Veblen permettent également d’analyser notre rapport au Travail. Premièrement, l’auteur montre que la classe de loisir instaure de fait une distinction entre des tâches valorisées par la société et d’autres qui ne le sont pas. Cette discrimination veut que soient « nobles les fonctions qui appartiennent de droit à la classe de loisir : le gouvernement, la guerre, la chasse, l’entretien des armes et accoutrements, et ce qui s’ensuit – bref, tout ce qui relève ostensiblement de la fonction prédatrice. En revanche, sont ignobles toutes les occupations qui appartiennent en propre à la classe industrieuse : le travail manuel et les autres labeurs productifs, les besognes serviles, et ce qui s’ensuit. » Cette affirmation est frappante dans le contexte actuel, où la crise du coronavirus nous a fait, plus que jamais, remarquer comme certaines professions précaires étaient méprisées alors qu’elles sont primordiales pour notre société.

Ensuite, le mécanisme veblenien d’imitation permet de montrer comment une société inégalitaire rend ses membres malheureux. En effet, plus la classe de loisir sera éloignée du reste de la société, plus l’imaginaire qu’elle véhicule sera hors de la portée de tout le monde, ce qui ne peut générer que des frustrations. Une étude de Bowles et Park montre ainsi que le temps de travail moyen dans une société augmente en fonction de son degré d’inégalité. La disparité dans la répartition des richesses pousse les membres d’une société à travailler plus pour atteindre l’idée de réussite transmise par la classe de loisir. Les mêmes chercheurs montrent alors qu’une politique de taxation massive des groupes dominants « serait doublement attractive : elle augmenterait le bien être des moins bien lotis en limitant l’effet d’imitation en cascade de Veblen et fournirait des fonds à des projets sociaux utiles ».

L’étude des textes de Veblen nous fait ainsi comprendre pourquoi les groupes sociaux dominés par un modèle qu’ils n’ont pas choisi ne se rebellent pas contre ce dernier. L’effet d’imitation est très puissant et il convient de ne pas en ignorer les effets. Un nouveau modèle hégémonique doit être capable de renverser la classe dominante en faisant bien attention à ce qu’une nouvelle classe de loisir ne répande pas un énième paradigme aliénant.

 

L’article La « classe de loisir » de Veblen pour comprendre les crises écologiques modernes est apparu en premier sur Le Vent Se Lève.

from Le Vent Se Lève https://ift.tt/34JrQJu
via IFTTT

Aux États-Unis, l’épuisement des aides fédérales plonge 8 millions de personnes dans la pauvreté



Alors que les camps démocrate et républicain s’affrontent sur le montant du prochain plan de relance, l’épuisement progressif des aides prévues par le CARES Act a d’ores et déjà plongé plus de 8 millions de personnes dans la pauvreté.


Publiée le 15 octobre, une étude de l’Université Columbia révèle l’ampleur de la pauvreté dans un pays miné par la pandémie de Covid-19. Si les aides fédérales — chèques et allocations chômage exceptionnelles — ont permis de maintenir 18 millions de personnes en dehors de la pauvreté, leur expiration a plongé 8 millions de personnes dans la pauvreté, lesquelles sont venues s’ajouter aux 46 millions de personnes pauvres que comptent les États-Unis.

Une hausse de la pauvreté, malgré la réduction du chômage

En avril, attisée par un chômage culminant à 15 %, le taux de pauvreté a atteint 13,9 %. Un taux qui, selon l’équipe du Center on Poverty & Social Policy de l’Université Columbia, aurait pu frôler les 20 % sans les dispositions prévues par le CARES Act (Coronavirus Aid, Relief, and Economic Security Act).

Votée en mars, le CARES Act a mis en place un vaste plan d’aides pour un montant de 2 200 milliards de dollars, parmi lesquelles une allocation chômage hebdomadaire supplémentaire de 600 dollars. Cette aide, qui a expiré le 31 juillet dernier, a cédé sa place à une allocation chômage de 400 dollars par mois, décidée par memorandum par le président Donald Trump. Néanmoins, ledit memorandum autorise les gouverneurs des États à procéder à ce versement de 400 dollars, une contribution qui « reflète une contribution fédérale de 300 dollars ». Autrement dit : 100 des 400 dollars sont à la charge et à la discrétion des États fédérés, comme l’indique une note diffusée par le Département du Travail. Dans les faits, d’après CNBC, il semblerait que seuls trois États (le Kentucky, le Montana et la Virginie-Occidentale) versent 400 dollars par semaine.

Cette provision s’ajoute à la mécanique complexe et hétéroclite propre au système fédéral américain, où chaque État a sa politique en la matière. Ainsi, le montant minimum d’allocation chômage et la durée d’indemnisation varient d’un État à l’autre. L’épuisement progressif des programmes d’aides laisse cependant de nombreuses personnes avec de moins en moins de ressources. Sans nouvelle législation, au 31 décembre 2020, la Pandemic Unemployment Assistance (d’un montant minimum de 106 dollars par semaine) cessera d’être versée : un scénario catastrophe pour les centaines de milliers d’Américains ayant cette aide pour seules ressources.

Dans le même temps, le chômage a considérablement diminué, passant de près de 15 % en avril à près de 8 % en septembre. Un rebond qui ne suffit pas à contenir une pauvreté qui va crescendo sous l’effet conjugué d’un taux de chômage qui reste élevé (le niveau pré-crise se situait sous les 4 %), des aides fédérales qui s’amenuisent et des lourdeurs bureaucratiques, laissant plusieurs millions de demandes dans l’attente. En conséquence, le taux de pauvreté s’est accru progressivement entre avril et septembre, passant de 13,9 % à 16,7 %. Une hausse qui concerne aussi les personnes en situation de grande pauvreté.

Bien que le CARES Act ait permis de maintenir temporairement des millions de familles en dehors de la pauvreté, l’étude menée par le Center on Poverty & Social Policy démontre que le plan d’aides n’a pas permis d’endiguer la progression de la grande pauvreté. Si l’étude observe une diminution de près d’un point entre février et mars, cette décrue s’explique en grande partie par le versement de l’Earned Income Tax Credit (EITC), un impôt négatif sur le revenu versé aux personnes à revenus faibles ou modérés. Ainsi, entre avril et septembre, 5 300 000 personnes sont entrées dans les statistiques de la grande pauvreté, c’est-à-dire comme percevant des ressources inférieures à 50 % du seuil de pauvreté. Cela représente un revenu mensuel inférieur à 500 dollars pour une personne seule de moins de 65 ans.

La progression de la pauvreté s’accompagne d’une augmentation de l’insécurité alimentaire. Selon le réseau de banques alimentaires Feeding America, 54 millions de personnes pourraient connaître la faim d’ici décembre. Pauvreté et insécurité alimentaire sont particulièrement prégnantes dans les États où n’existe que le salaire minimum fédéral, dont le montant (7,25 dollars de l’heure) n’a pas été réévalué depuis 2009. Ainsi, les États les plus pauvres (Mississippi, Louisiane, Nouveau-Mexique, Alabama) sont ceux où l’insécurité alimentaire est la plus préoccupante. En conséquence, ce sont aussi les États où les impayés de loyers sont les plus nombreux, ce qui laisse planer le risque d’expulsions massives et de défauts de paiement sur les crédits et ce, en dépit d’un moratoire fédéral sur les expulsions jusqu’au 31 décembre.

À l’instar des expulsions locatives, d’autres moratoires s’achèvent peu à peu, alors que la situation reste critique pour de nombreuses personnes. En Pennsylvanie, ce ne sont pas moins de 800 millions de dollars qui restent à recouvrir suite au moratoire sur les interruptions de services énergétiques. Des interruptions qui reprendront le 9 novembre, sauf pour les familles et petites entreprises en grande difficulté financière suite à la pandémie. Sur les 50 États, 36 ont instauré ce genre de moratoire. Néanmoins, à l’image de la Caroline du Nord, nombre d’entre eux se sont terminés ou se termineront bientôt sans aucune disposition pour protéger les plus précaires. Avant même la pandémie, l’Agence d’Information sur l’Énergie (U.S. Energy Information Administration) a annoncé qu’un tiers des foyers américains rencontre des difficultés à payer ses factures d’énergie. Une situation exacerbée depuis la crise économique qui touche en particulier la population noire et latine.

Une pauvreté qui touche particulièrement les minorités

Une personne noire ou latine sur quatre est actuellement considérée comme pauvre. C’est le constat alarmant qui ressort de l’étude du Center on Poverty & Social Policy. Le versement de l’impôt négatif EITC a permis de diminuer ce taux de près de 10 % en mars, avant que la pandémie ne provoque une augmentation considérable de la pauvreté au sein de ces populations. La pauvreté parmi la population blanche a ainsi augmenté de 0,8 % : cette augmentation est de 1,4 % dans la population noire et de 2,1 % dans la population hispanique. Des disparités face à la pauvreté qui s’expriment également de nombreux autres domaines : accès à l’emploi, au logement, au crédit bancaire et aux aides fédérales. Un mal qui touche aussi les entreprises détenues par ces communautés. Un rapport de la Federal Reserve Bank of New York publié en août révèle que l’activité des entreprises tenues par les communautés afro-américaine et hispanique ont respectivement décliné de 41 % et 32 %, des taux bien supérieurs au taux national qui est de 22 %. En juillet, Ron Busby, président de la U.S. Black Chamber of Commercetémoignait devant le comité aux petites entreprises du Sénat et affirmait que 70 % des membres de sa chambre n’ont pu obtenir de prêt dans le cadre du Paycheck Protection Program, mettant ainsi en exergue une discrimination bancaire flagrante à l’égard des entreprises détenues par des personnes afro-américaines.

Un nouveau plan de relance ?

La dégradation de la situation, déjà critique, pourrait être cataclysmique en l’absence d’un nouveau plan de relance. Les âpres débats entre les camps républicain et démocrate échouent pour l’instant sur le montant dudit plan : là où le président Trump voudrait un plan massif (« go big », avait-il déclaré sur Twitter), supérieur à 1 800 milliards de dollars, le Sénat voudrait se contenter de deux lois pour un montant total de 1 000 milliards de dollars. De son côté, le camp démocrate plaide pour un plan d’un montant de 2 200 milliards, de quoi émettre de nouveaux chèques de 1200 dollars, prolonger l’allocation chômage de 600 dollars par semaine et mettre en œuvre un plan d’aides tant pour les locataires que pour les propriétaires. Des disputes qui n’échappent pas au calcul politique le plus cynique : Mitch McConnell, leader de la majorité républicaine au Sénat, a averti la Maison Blanche qu’un accord sur un nouveau plan de relance pourrait être électoralement dommageable à l’approche de l’élection présidentielle le 3 novembre.

L’article Aux États-Unis, l’épuisement des aides fédérales plonge 8 millions de personnes dans la pauvreté est apparu en premier sur Le Vent Se Lève.

from Le Vent Se Lève https://ift.tt/320Dy0r
via IFTTT

Débat du jour – Une rentrée scolaire inédite et compliquée

Ce sont les derniers jours de vacances de la Toussaint pour les élèves et leurs professeurs. Ils sont partis en congés sous le régime du couvre-feu et reviennent sous celui du reconfinement.

Cette rentrée est inédite à plus d’un titre. Plus que perturbée avec le reconfinement. Reprise des cours, mais pas pour tout le monde et sous conditions.

Plus que jamais placée sous le signe de la laïcité après l’assassinat de ce professeur de collège Samuel Paty. Sa décapitation a ému la France entière, les élèves, les enseignants et les parents d’élèves.

Pour en débattre :- Benoît Teste, secrétaire général de la Fédération syndicale unitaire (FSU)- Isabelle Saint-Martin, historienne, directrice d’études à l’École Pratique des Hautes-Études, auteure du livre Peut-on parler des religions à l’école ?- Alixe Rivière, co-présidente de la FCPE-93.

from Débat du jour https://ift.tt/2TGGCKN
via IFTTT

Débat du jour – 2ème confinement en France: l’économie tiendra-t-elle le choc?

C’est un nouveau coup dur pour les chefs d’entreprises, les commerçants, les artisans, les artistes… La décision prise hier (28 octobre 2020), par le président de la République, d’un nouveau reconfinement va aggraver la situation économique du pays… mais devrait permettre de lutter contre le coronavirus.

Un équilibre entre l’économie et le sanitaire difficile à trouver. Dès hier soir (28 octobre 2020), Emmanuel Macron a prévenu : «L’économie ne doit ni s’arrêter, ni s’effondrer», et d’ajouter le travail «pourra continuer» pendant ce deuxième confinement qui débutera ce vendredi 30 octobre, et durera au moins pour un mois. La France est-elle assez riche pour encaisser le coup ? Comment l’économie va-t-elle s’adapter ?L’impact du confinement sur les ressources du pays sera-t-il aussi fort qu’au printemps ? Autant d’interrogations que nous allons voir avec nos invités.

Pour en débattre :- Thierry Grégoire, président saisonnier de l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie (Umih), entrepreneur- Éric Heyer, économiste et directeur de la prévision à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE)- Mohamed Gnabaly, vice-président des Maires de France et maire de l’Ile-Saint-Denis (93)- Laurent Dréano, directeur de la Maison de la Culture d’Amiens.

from Débat du jour https://ift.tt/3ea6KqO
via IFTTT

Décryptage – Covid, toujours la grande inconnue?

Alors que l’Europe est en train de se reconfiner, beaucoup d’incertitudes persistent autour du SARS-COV-2. Ce nouveau coronavirus provoque la Covid-19, cette maladie infectieuse qui a déjà touché au moins 45 millions de personnes à travers la planète, en tuant plus d’un million.

Mais, si l’on sait désormais détecter la maladie, la soigner reste encore compliquée et ses origines et ses évolutions gardent une part de mystère. Pourquoi autant de difficultés pour les chercheurs et chercheuses du monde entier, quels sont les obstacles rencontrés par les scientifiques ? Ce sont les questions que nous nous posons ce soir dans Décryptage.

 

Invitée :- Morgane Bomsel, directrice de recherche au CNRS et cheffe de service Immunité muqueuse à l’Institut Cochin.

from Décryptage https://ift.tt/31UlAwR
via IFTTT

Débat du jour – L’hégémonie des GAFAM est-elle menacée?

Coup de tonnerre dans le village qu’est le monde connecté. Le département américain de la Justice lance une procédure historique contre Google

Le fleuron de l’économie américaine, qui capte environ 90% de nos recherches sur internet, est accusé d’abus de position dominante et d’atteinte au droit de la concurrence. Google se défend, cette action en justice est qualifiée d’«erronée» par le géant de la Tech. Et d’ajouter que ses services proposés gratuitement apportent de vraies innovations aux consommateurs et aux entreprises. Impensable, il y a encore quelques années, cette procédure illustre l’inquiétude grandissante face au pouvoir tentaculaire et exorbitant des Gafam: Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft. Avec cette action en justice, l’hégémonie des GAFAM est-elle menacée ?

from Débat du jour https://ift.tt/37NNWfV
via IFTTT

Décryptage – Trump, rester malgré la défaite?

J-6 avant l’élection présidentielle aux États-Unis et Donald Trump, que les sondages annoncent distancé par Joe Biden, multiplie les meetings et rencontres dans ces derniers jours de campagne.

Le président américain croit toujours en sa bonne étoile et en sa capacité à déjouer les prévisions. Mais, il a également affirmé à plusieurs reprises que son éventuelle défaite serait suspecte, que le Parti Démocrate n’allait pas hésiter à tricher, notamment grâce au vote par correspondance. Donald Trump pourrait-il refuser les résultats la semaine prochaine, voire se lancer dans une guérilla juridique jusqu’à la passation de pouvoirs en janvier 2021 ? Aura-t-il le soutien du Parti Républicain dans cette bataille ? Quelle réaction des démocrates ?

Invité : – Pierre Gervais, professeur de Civilisation américaine à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, et auteur du livre Histoire des États-Unis de 1860 à nos jours.

from Décryptage https://ift.tt/37QUVou
via IFTTT